Comment Atchoum facilite la mobilité des zones rurales

Pour compenser le manque de transport au sein des nombreuses zones rurales, Vincent Desmas a fondé en juillet 2017, dans le Var, un service de déplacement à la demande et de covoiturage.

C’est une histoire banale qui a mené à une idée loin de l’être. Chef d’entreprise spécialisée dans la commercialisation de gazon synthétique, Vincent Desmas subit une opération de la hernie en 2015. Opération qui lui interdit d’utiliser la voiture pour un rendez-vous professionnel. Lui vient alors l’idée qu’il serait utile d’avoir une personne disponible pour l’aider dans ses déplacements. Ainsi est né le concept d’Atchoum.

Un concept que Vincent Desmas développe pendant deux ans en complément de son activité principale. Puis en 2017, tout s’accélère : il répond à un appel à projet et est sélectionné par l’incubateur Euratechnologie de Lille. En trois jours, il constitue une équipe pour monter à Lille et mettre en place le projet. Des péripéties qui font ressortir son côté « un peu aventurier« .

Cibler les zones rurales

Après des mois de travail, la société est donc créée en juillet 2017, à Méounes-lès-Montrieux. Vincent Desmas a choisi la cible de son service : les zones rurales. « Sur les 36 000 communes de France, 34 000 sont habitées par moins de 3 500 personnes. Et dans ces communes, il n’y a rien. J’ai alors appris que la préoccupation numéro un des collectivité, c’est la mobilité« . Rien donc dans ces secteurs, du moins pour la mobilité. Et la population majoritaire dans ces zones ? « Des personnes âgées qui, souvent, n’ont pas la possibilité de se déplacer par leurs propres moyens ». Selon le Laboratoire de la mobilité inclusive, qui travaille avec Atchoum, 30 % des séniors ne sortent pas de chez eux durant 24h d’affilé.

Lire la suite : www.latribune.fr